Elveția

nickami
senior
senior
Posts: 206
Joined: Sun Oct 11, 2009 3:32 am
Location: Bern, Schweiz

Trebuie oblligatoriu recunoscuta diploma romaneasca in Elvet

Postby nickami » Mon Oct 12, 2009 12:19 am

Salutare tuturor care ma pot ajuta.
Am terminat un DU de gériatrie la Fac. de Med. Paris VI si (dupa 3 ani de cursuri si examene) imi pregatesc le mémoire de Homéopathie aplicata in geriatrie la Fac. de Med. Paris XIII. Tocmai am dat un interviu la Lausanne pentru a incepe o specialitate in geriatrie medecin-assistant. Dupa 1 dec. ar trebui sa incep sa lucrez. Nu mi-au spus nimic in legatura cu demersurile iar eu, cu mintea-n nori…. Si nu vreau sa le dau nici o idee… Dupa 6 ani de Franta am invatat ca tacerea rezolva multe lucruri…
M-ar interesa sa stiu daca trebuie, inainte de a incepe sa lucrez ca medecin-assistant, sa fac o recunoastere a diplomei de medic obtinuta la Facultatea de medicina din Bucuresti. Sau este suficienta traducerea legalizata a Diplomei de medic plus Certificatul de conformitate. In legatura cu permisul de munca si altele cam care sunt etapele.
Daca cineva are informatii, i-as fi super recunoscator.

nickami
senior
senior
Posts: 206
Joined: Sun Oct 11, 2009 3:32 am
Location: Bern, Schweiz

Re: Elvetia

Postby nickami » Mon Oct 12, 2009 8:52 am

Salutare tuturor care ma pot ajuta.
Am terminat un DU de gériatrie la Fac. de Med. Paris VI si (dupa 3 ani de cursuri si examene) imi pregatesc le mémoire de Homéopathie aplicata in geriatrie la Fac. de Med. Paris XIII. Tocmai am dat un interviu la Lausanne pentru a incepe o specialitate in geriatrie medecin-assistant. Dupa 1 dec. ar trebui sa incep sa lucrez. Nu mi-au spus nimic in legatura cu demersurile iar eu, cu mintea-n nori…. Si nu vreau sa le dau nici o idee… Dupa 6 ani de Franta am invatat ca tacerea rezolva multe lucruri…
M-ar interesa sa stiu daca trebuie, inainte de a incepe sa lucrez ca medecin-assistant, sa fac o recunoastere a diplomei de medic obtinuta la Facultatea de medicina din Bucuresti. Sau este suficienta traducerea legalizata a Diplomei de medic plus Certificatul de conformitate. In legatura cu permisul de munca si altele cam care sunt etapele. In afara de locuinta... pentru ca spitalul da un fel de studio...
Daca cineva are informatii, i-as fi super recunoscator.

nickami
senior
senior
Posts: 206
Joined: Sun Oct 11, 2009 3:32 am
Location: Bern, Schweiz

recunoastere diploma medic in elvetia

Postby nickami » Mon Oct 12, 2009 8:54 am

Salutare tuturor care ma pot ajuta.
Am terminat un DU de gériatrie la Fac. de Med. Paris VI si (dupa 3 ani de cursuri si examene) imi pregatesc le mémoire de Homéopathie aplicata in geriatrie la Fac. de Med. Paris XIII. Tocmai am dat un interviu la Lausanne pentru a incepe o specialitate in geriatrie medecin-assistant. Dupa 1 dec. ar trebui sa incep sa lucrez. Nu mi-au spus nimic in legatura cu demersurile iar eu, cu mintea-n nori…. Si nu vreau sa le dau nici o idee… Dupa 6 ani de Franta am invatat ca tacerea rezolva multe lucruri…
M-ar interesa sa stiu daca trebuie, inainte de a incepe sa lucrez ca medecin-assistant, sa fac o recunoastere a diplomei de medic obtinuta la Facultatea de medicina din Bucuresti. Sau este suficienta traducerea legalizata a Diplomei de medic plus Certificatul de conformitate. In legatura cu permisul de munca si altele cam care sunt etapele. In afara de locuinta... pentru ca spitalul da un fel de studio...
Daca cineva are informatii, i-as fi super recunoscator.

User avatar
runik88
newbie
newbie
Posts: 19
Joined: Tue Aug 10, 2004 11:32 pm
Contact:

Re: Elvetia

Postby runik88 » Wed Dec 30, 2009 11:42 am

salut....am citit topicul dar am o nelamurire pentru cei care au intrat deja in sistemul elvetian...voi cum ati reusit sa ii convingeti pe sefii de program sa va ia?
Eu am contactat cred ca toata elvetia romanda si am primit peste tot acelasi raspuns, inclusiv in mult laudatul canton de Vaud si anume ca pt ca sunt roman si nu francez german etc nu exista acord de munca cu tzara mea si nu am nici o sansa sa primesc permisul de munca astfel incat sa ma ia ei la spital in pregatire de med assistant;
voi cum ati procedat? multumesc anticipat pt raspuns
Memento mori

swiss
elite
elite
Posts: 4133
Joined: Tue Oct 07, 2008 1:54 pm

Re: Elvetia

Postby swiss » Wed Dec 30, 2009 12:40 pm

runik88 wrote:salut....am citit topicul dar am o nelamurire pentru cei care au intrat deja in sistemul elvetian...voi cum ati reusit sa ii convingeti pe sefii de program sa va ia?
Eu am contactat cred ca toata elvetia romanda si am primit peste tot acelasi raspuns, inclusiv in mult laudatul canton de Vaud si anume ca pt ca sunt roman si nu francez german etc nu exista acord de munca cu tzara mea si nu am nici o sansa sa primesc permisul de munca astfel incat sa ma ia ei la spital in pregatire de med assistant;
voi cum ati procedat? multumesc anticipat pt raspuns

nu stiu cum ai procedat, insa probabil daca ai aplicat in elvetia, nu aveai CV-ul sau scrisoarea de intentie destul de motivanta pentru ei.
si depinde ce intelegi tu prin swiss romande, ca daca intelegi numai CHUV si HUG atunci nu ai nicio sansa din prima.
ideea a fost spusa pe topicul asta destul de clar, intri in sistem, numai prin spitalele din periferie, nu poti intra direct in spital universitar.
bineinteles ca exista si exceptii, stiu o persoana foarte apropiata care a reusit foarte bine, da-mi un pm si iti voi explica mai in detaliu.

swiss
elite
elite
Posts: 4133
Joined: Tue Oct 07, 2008 1:54 pm

Re: Elvetia

Postby swiss » Wed Dec 30, 2009 12:44 pm

nickami wrote:Salutare tuturor care ma pot ajuta.
Am terminat un DU de gériatrie la Fac. de Med. Paris VI si (dupa 3 ani de cursuri si examene) imi pregatesc le mémoire de Homéopathie aplicata in geriatrie la Fac. de Med. Paris XIII. Tocmai am dat un interviu la Lausanne pentru a incepe o specialitate in geriatrie medecin-assistant. Dupa 1 dec. ar trebui sa incep sa lucrez. Nu mi-au spus nimic in legatura cu demersurile iar eu, cu mintea-n nori…. Si nu vreau sa le dau nici o idee… Dupa 6 ani de Franta am invatat ca tacerea rezolva multe lucruri…
M-ar interesa sa stiu daca trebuie, inainte de a incepe sa lucrez ca medecin-assistant, sa fac o recunoastere a diplomei de medic obtinuta la Facultatea de medicina din Bucuresti. Sau este suficienta traducerea legalizata a Diplomei de medic plus Certificatul de conformitate. In legatura cu permisul de munca si altele cam care sunt etapele. In afara de locuinta... pentru ca spitalul da un fel de studio...
Daca cineva are informatii, i-as fi super recunoscator.

Traducerea legalizata e de ajuns.
ai trei luni in care esti testata, si se ocupa ei(spitalul) de recunoasteri(asa ar trebui).
oricum, in astea 3 luni te poti astepta de la orice de la elvetieni.
eu am lucrat odata 4 zile intr-un spital, ca nu au vrut sa-mi faca permis de sejour.
sunt multi factori aici, depinde, dar sa-ti raspund strict la intrebare, nu iti trebuie recunoastere. doar traducerea e de ajuns, daca ai semnat contractul nu ai de ce sa-ti mai faci griji!!

succes si la multi ani!

User avatar
nabbie
junior
junior
Posts: 40
Joined: Sun Nov 30, 2003 2:41 pm

psihiatrie in Elvetia

Postby nabbie » Mon Jan 11, 2010 1:55 am

Buna,

Sunt rezident anul 2 pe psihiatrie in UK si as vrea sa incerc sa merg in Elvetia ( partea franceza) dupa ce termin rezidentiatul aici. este cineva care stie ceva detalii sau macar sa ma indrume unde as afla mai multe despre asta. cum se numeste CMB-ul lor? sau exista o asociatie a psihiatrilor din elvetia, ca aici in Uk Royal umesc College of Psychiatrists?

Multumesc de ajutor,

o seara buna,

Flori

User avatar
rouadefoc
senior
senior
Posts: 392
Joined: Mon Mar 19, 2007 12:24 am
Location: PACA

Re: psihiatrie in Elvetia

Postby rouadefoc » Mon Jan 11, 2010 2:26 pm

Sunt curioasa de ce vrei in Elvetia cand esti in Anglia???Esti nemultumita profesional sau personal?

User avatar
rez_ista
senior
senior
Posts: 129
Joined: Wed Jul 19, 2006 9:01 am
Location: Terra

Re: psihiatrie in Elvetia

Postby rez_ista » Tue Jan 12, 2010 5:32 am

http://www.fmh.ch/fr/index.html

Asta e pagina Swiss Medical Association. Poate gasesti vreo adresa de e-mail/posta ca sa intrebi ce te intereseaza. Cu mai multe nu pot sa te ajut, nu cunosc domeniul. Psihiatria e sublima, minunata, dar nu pentru mine. Pot doar sa iti spun ca e plina Elvetia de psihiatri romani. Succes !

User avatar
nabbie
junior
junior
Posts: 40
Joined: Sun Nov 30, 2003 2:41 pm

Re: psihiatrie in Elvetia

Postby nabbie » Tue Jan 12, 2010 11:31 pm

multumesc mult. chiar sunt multi? prin anglia nu prea sunt, nici de alte specialitati nu sunt f multi,cativa de samanta sa ii invete pe englezi ce e aia medicina. tu esti acolo?pe ce specialitate?

User avatar
rez_ista
senior
senior
Posts: 129
Joined: Wed Jul 19, 2006 9:01 am
Location: Terra

Re: psihiatrie in Elvetia

Postby rez_ista » Wed Jan 13, 2010 5:24 am

Vezi PM.

Hai mai, nu imi vine sa cred ca trebuie sa ii invatam noi romanii pe lorzii aia cum se pune un dg&treatment. Totusi, eu stiam ca in UK se face bine medicina...

User avatar
nabbie
junior
junior
Posts: 40
Joined: Sun Nov 30, 2003 2:41 pm

Re: psihiatrie in Elvetia

Postby nabbie » Wed Jan 13, 2010 8:43 pm

e bine ca stii asta....

Alinajoa
Posts: 3
Joined: Tue Jan 05, 2010 11:50 am

Re: Elvetia

Postby Alinajoa » Tue Jan 19, 2010 2:42 pm

Salutare tuturor!

M-ar putea ajuta cineva, va rog, cu informatii legate de rezidentiatul in domeniul chirurgiei maxilo-faciale in aceasta tara?
Este cineva care a lucrat in acest domeniu in Elvetia?
Orice informatii/link-uri legate de rezi pe chirurgie maxilo-faciala in aceasta tare m-ar ajuta.

Multumesc frumos!

Alina

User avatar
Ventriloquist
junior
junior
Posts: 35
Joined: Sat Mar 29, 2008 2:35 am

Re: psihiatrie in Elvetia

Postby Ventriloquist » Wed Jan 20, 2010 7:39 pm

salutare...as vrea si eu sa fac rezidentiatul pe psihiatrie in elvetia. am inteles bine sau nu exista examen de rezidentiat la ei? sunt curios cum as putea pleca (mai am timp momentan sunt inca in facultate)
Toy-town medicine don't make a change if you want your head rearranged
GET SOME SERIOUS DRUGS

User avatar
no_zone
junior
junior
Posts: 52
Joined: Sun Jan 04, 2009 8:09 pm
Location: departe...

Re: psihiatrie in Elvetia

Postby no_zone » Wed Jan 20, 2010 8:43 pm

Ventriloquist wrote:salutare...sunt curios cum as putea pleca (mai am timp momentan sunt inca in facultate)


cu avionul, cu trenul, cu autocarul sau pe jos.
grija mare ca permisul de munca e mai greu de obtinut decat rezidentiatul din romania.

mai multe informatii pe :

http://www.fmh.ch/files/pdf2/fbo_f.pdf

succes.
"uneori spun niste chestii atat de aiurea ca imi vine greu sa cred dupa-aia cand le recitesc ca intentionasem sa fac o gluma si ma cuprinde toata jena"

swiss
elite
elite
Posts: 4133
Joined: Tue Oct 07, 2008 1:54 pm

Re: Elvetia

Postby swiss » Mon Feb 15, 2010 12:40 am

http://www.9am.ro/stiri-revista-presei/ ... etiei.html
asta ca sa nu mai ziceti ca stau aici degeaba si va fac de ras.
politica se face din umbra :wink:

swiss
elite
elite
Posts: 4133
Joined: Tue Oct 07, 2008 1:54 pm

Re: Elvetia

Postby swiss » Mon Feb 15, 2010 10:25 pm

Intalnire intre imedisti:

''deci colegii din elvetia, luxemburg, franta si germania sunt asteptati sa comenteze ce si cum si unde, cand au timp si chef. daca vor si din austria e bun si de acolo, cred ca spania si italia sunt cam departe la fel ca anglia, DAR SUNTETI TOTI ASTEPTATI CU DRAG DACA AVETI CHEF SA VENITI.

Frankfurt e orasul propus, eu as fi zis Ulm ca sa vedem si catedrala aia fabuloasa da nu putem sa le avem pi toati deodata.
Vmc are dreptate frankfurt fiind un aeroport foarte mare , sunt destule posibilitati pt toti.
ASTEPTAM VOLUNTARI.
eu sunt de acord , am si masina asa ca pot sa ajut cu mutarea din aeroport spre pensune si inapoi.'' (coolscript)

data 18-20 mai.
pm pt mai multe detalii (cand o sa am)

tassonero81
junior
junior
Posts: 47
Joined: Thu May 20, 2010 8:26 pm

Re: Elvetia

Postby tassonero81 » Thu May 20, 2010 9:07 pm

Salutari tuturor!

Sunt nou pe aici (sunt medic rezident MF in primul an insa imi doresc alta specializare) si sunt interesat de informatii concrete despre posibilitatea de a lucra in Elvetia, mai exact de a incepe un alt rezidentiat.

Va rog frumos sa imi explicati si mie toti pasii care ii am de facut. Care ar fi ordinea?

1) Imi traduc CV-ul in franceza sau italiana.... (sunt interesat de cantoanele unde se vorbeste franceza si italiana).
2) Urmaresc specializarea pe care mi-o doresc si trimit CV-ul la diverse spitale.
3) Ma vor invita la un interviu, etc.....

Cand primesti un raspuns daca te invita peste un timp la un interviu sau daca nu sunt interesati de CV-ul tau?

Care sunt alti pasi?

Vor un document (o diploma gen DELF B2) care sa demonstreze ca stii limba franceza si/sau italiana sau se vor convinge in urma interviului.

Vor sa treci cu actele pe la diverse minister? Cum si cand se da permisul de munca?

Care e procedura de urmat si cam cat dureaza totul din momentul in care a fost trimis CV-ul?

s.a.m.d....

Multumesc frumos!

swiss
elite
elite
Posts: 4133
Joined: Tue Oct 07, 2008 1:54 pm

Re: Elvetia

Postby swiss » Fri May 21, 2010 6:34 pm

despre rezidentiatul elvetian aici :

http://fmh.ch/fr/formation-isfm/formati ... tants.html

apoi despre demersurile pentru permis de munca(daca nu vi le face spitalul):

http://www.ch.ch/private/00029/00030/index.html?lang=fr

Nu uitati, ca Elvetia nu face parte din UE, deci e la latitudinea lor daca vor sau nu sa va recunoasca diplomele.
Deocamdata, din cate am auzit eu, au cam saturat piata medicilor pana in 2012 pe anumite specialitati, dar se vor gasi oricand posturi pe psihiatrie si urgente.
Mult succes!

medstud
senior
senior
Posts: 269
Joined: Sat Jan 24, 2004 11:58 pm

Re: Elvetia

Postby medstud » Mon Jun 07, 2010 7:48 pm

cunoaste cineva care i situatia medicului specialist roman in elvetia? specialitatea e recunoascuta automat sau trebuie demostrata o asa zisa egalitate intre rezidentiatul romanesc si cel elvetian , stiind ca cel din urma dureaza de obicei mai mult si presupune anumiti pasi ?
mai pe sleau .. un specialist de cateva luni poate lucra ca specialist in elvetia? evident indeplinind celelate conditii ... limba, experienta intr o tara francofona, sa fie acceptat ...merci

chiromf
senior
senior
Posts: 149
Joined: Fri Jan 01, 2010 6:42 pm
Location: Bucuresti

Re: Elveția

Postby chiromf » Thu Jul 15, 2010 11:40 am

hello!
sunt medic rezident chirurgie orala si maxilofaciala si am o rugaminte: scrieti-mi si mie, va rog, informatii legate strict de aceasta specialitate! nu prea am cunoscut persoane care sa plece de pe aceasta specialitate si sa se si intoarca pentru a putea vorbil ( probabil si din cauza celei de-a doua facultati nu au avut timp sa plece in perioada de rezi, mai curand dupa aceea ). va multumesc!

User avatar
Stavros
Posts: 4
Joined: Wed Mar 10, 2010 11:43 am

Re: Elveția

Postby Stavros » Sun Aug 01, 2010 2:58 pm

salut
ce ziceti de o intalnire la o bere? filiera Lausanne -Montreux-Sion :D . Ma gandesc ca ne-am putea aduna cativa!

User avatar
holliday
elite
elite
Posts: 5024
Joined: Wed Jul 14, 2010 7:10 pm
Location: procrastination - retras in vizuina tapirului
Contact:

Re: Elveția

Postby holliday » Mon Aug 02, 2010 1:23 am

Stavros wrote:salut
ce ziceti de o intalnire la o bere? filiera Lausanne -Montreux-Sion :D . Ma gandesc ca ne-am putea aduna cativa!

pai noi am fost, dumneata de ce nu ai venit?
tocmai ce ne-am intors de la artificiile de 1 august, ziua Elvetiei..
frumooosss


ps: totusi sa nu facem din topicul de Elvetia, topic de bere..
aici punem info daca avem..

User avatar
holliday
elite
elite
Posts: 5024
Joined: Wed Jul 14, 2010 7:10 pm
Location: procrastination - retras in vizuina tapirului
Contact:

Re: Elvetia

Postby holliday » Mon Aug 02, 2010 11:27 am

medstud wrote:cunoaste cineva care i situatia medicului specialist roman in elvetia? specialitatea e recunoascuta automat sau trebuie demostrata o asa zisa egalitate intre rezidentiatul romanesc si cel elvetian , stiind ca cel din urma dureaza de obicei mai mult si presupune anumiti pasi ?
mai pe sleau .. un specialist de cateva luni poate lucra ca specialist in elvetia? evident indeplinind celelate conditii ... limba, experienta intr o tara francofona, sa fie acceptat ...merci



mai pe sleau, din cate stiu eu, nu-ti recunosc specializarea, dar poti oricand lucra ca médecin assistant.

User avatar
holliday
elite
elite
Posts: 5024
Joined: Wed Jul 14, 2010 7:10 pm
Location: procrastination - retras in vizuina tapirului
Contact:

Re: Elveția

Postby holliday » Mon Aug 02, 2010 11:29 am

CONVENTION FIXANT LES CONDITIONS DE TRAVAIL ET DE FORMATION DES
MEDECINS ASSISTANTS ET CHEFS DE CLINIQUE DANS LES HÔPITAUX
D'INTERÊT PUBLIC DU CANTON DE VAUD
Préambule
En mars 2002, les Chambres fédérales ont accepté l'initiative du conseiller national Marc Suter
"Des conditions de travail humaines pour les médecins assistants" et décidé de soumettre
intégralement les médecins assistants à la loi fédérale sur le travail dès le 1er janvier 2005. Peu
de temps après, en juillet 2002, le Conseil fédéral a adopté une ordonnance qui limite pour trois
ans l'admission de nouveaux fournisseurs de prestations, dont les médecins, à pratiquer à la
charge de l'assurance-maladie obligatoire.
Cette double décision a conduit le Conseil d'Etat et l'Association suisse des médecins assistants
et chefs de cliniques - Section Vaud (ASMAV) à négocier, puis à signer, le 21 janvier 2003, un
protocole d'accord qui fixe le cadre, la portée et le contenu des améliorations à apporter aux
conditions de travail et de formation des médecins assistants et des chefs de clinique du canton
de Vaud.
Au vu de ces éléments, les parties conviennent de ce qui suit:
Chapitre I: Dispositions générales
But Article premier ¾ Le but de la présente convention est de fixer les conditions
de travail et de formation des médecins assistants et chefs de clinique
employés dans les hôpitaux d'intérêt public du canton de Vaud, afin de disposer
de médecins compétents, motivés et efficaces dans l'exécution de leurs
missions au service de la population.
Parties Art. 2 ¾ Les parties à la présente convention sont:
a) d’une part,
- l’Etat de Vaud, représenté par le Conseil d'Etat,
- la Policlinique médicale universitaire (PMU),
- les hôpitaux privés reconnus d'intérêt public du canton de Vaud selon
la liste annexée, chacun à titre individuel,
- la Fédération des hôpitaux vaudois;
- l'Université de Lausanne;
- le Centre pluridisciplinaire d'oncologie (CePO);
- la Fondation romande de santé au travail (IST).
b) d’autre part, l’Association suisse des médecins assistants et chefs de
clinique - Section Vaud (ASMAV).
Champ
d’application
Art. 3 ¾ La présente convention s’applique à tous les médecins assistants et
chefs de clinique engagés par l'un des employeurs mentionnés à l'article 2 et
signataires de la présente convention.
Page 2/16
Droit applicable Art. 4 ¾ Les médecins assistants et chefs de clinique sont soumis à la loi
fédérale sur le travail et à ses dispositions d'application, ainsi qu'aux
dispositions de la présente convention, qui fait partie intégrante du contrat
individuel de travail du médecin assistant.
Pour le surplus, sont applicables à titre supplétif:
a) les dispositions du Code des obligations sur le contrat de travail pour les
médecins assistants engagés par l'Etat, la PMU et l'Université de
Lausanne, sous réserve, d’une part, des cas où la Convention se réfère
expressément à la Lpers et, d’autre part, des articles 40, 41, 50 et 51
Lpers et de leurs dispositions d’application;
b) les dispositions du Code des obligations sur le contrat de travail pour les
médecins assistants engagés par les autres établissements.
Définitions Art. 5 ¾ Au sens de la présente convention, on entend par:
a) "médecin assistant": le médecin porteur d’un diplôme fédéral ou d’un titre
reconnu équivalent en vertu d'un traité international ou jugé équivalent par
le Département de la santé et de l’action sociale, qui effectue une
formation postgraduée au service de l'un des employeurs mentionnés à
l'article 2 lettre a);
b) "chef de clinique": le médecin assistant qui a des tâches d'encadrement et
de supervision; cette appellation comprend les fonctions de "chef de
clinique" et de "chef de clinique adjoint"; l'accès auxdites fonctions se fait
conformément aux dispositions de l'établissement concerné.
Lorsque la présente Convention parle uniquement des "médecins assistants",
elle vise tant les médecins assistants proprement dits que les chefs de
clinique.
Chapitre II: Engagement
Activités du
médecin assistant -
Cahier des charges
Art. 6 ¾ Les médecins assistants ont une double activité:
a) ils secondent les médecins dont ils relèvent dans les soins cliniques, la
recherche et l'enseignement;
b) ils effectuent une formation postgraduée ou continue.
Cette double activité fait l'objet d'un plan de travail et d'un plan de formation,
négociés à l'engagement du médecin assistant et évalués une fois par an au
moins ou à chaque changement de service. Ces deux documents constituent
le cahier des charges du médecin assistant. Ils lui sont remis par écrit au
moment de son engagement.
Formation
postgraduée et
continue
Art. 7 ¾ Les médecins assistants ont droit à une formation postgraduée dont
les conditions doivent correspondre aux exigences définies par la Fédération
des médecins suisses (FMH) et les différentes sociétés de spécialités
médicales. Ce temps de formation fait partie de son temps de travail et
comporte à la fois des périodes de formation théorique et de formation
pratique.
Sont considérés comme formation théorique les cours dispensés par les
médecins cadres agréés pour cette tâche selon un programme établi
Page 3/16
conformément aux critères de la FMH. La durée hebomadaire de la formation
théorique doit répondre aux exigences de la FMH et des sociétés de
spécialités médicales pour la catégorie de reconnaissance de l'établissement
de formation, mais correspondre au minimum à 3 heures par semaine en
moyenne annuelle. La formation théorique comprend également la participation
aux congrès organisés par les sociétés de spécialités médicales, mais
équivaut au minimum à 3 jours par an à l'extérieur de l'hôpital.
La formation pratique doit être intégrée dans l'activité clinique et permettre
l'acquisition de connaissances et aptitudes pratiques nécessaires à l'activité
professionnelle future du médecin en formation.
Les objectifs de la formation théorique et pratique doivent être définis par écrit
par un engagement formel réciproque autour d'un plan de formation entre
médecin formateur et médecin en formation lors de l'entrée en fonction de
celui-ci. L'atteinte de ces objectifs doit être évaluée de manière formelle au
moyen d'entretiens périodiques structurés.
Le médecin assistant ayant déjà achevé une formation postgraduée dans une
autre spécialité doit également avoir la possibilité d'assurer sa formation
continue dans cette première spécialité.
Les parties à la présente convention considèrent comme essentiel que le
médecin assistant puisse terminer sa formation dans un délai raisonnable. Ce
délai est dépendant de plusieurs facteurs, difficilement maîtrisables : le nombre
de médecins assistants à former, les conditions à remplir pour la formation (en
particulier les actes nécessaires à l’obtention du titre FMH), le nombre d’actes
dispensés au sein de l’établissement concerné. En conséquence, les parties
s’engagent à tout mettre en oeuvre pour faciliter le bon déroulement du plan de
formation.
Conditions
d'engagement
Art. 8 ¾ Ne peut être engagé comme médecin assistant que le porteur du
diplôme fédéral de médecin ou d'un titre jugé équivalent par le Département de
la santé et de l'action sociale (ci-après: le département). Le médecin assistant
doit préalablement produire ses titres et diplômes, ainsi que son curriculum
vitae, un certificat médical et un extrait du casier judiciaire.
Ne peut être engagé comme chef de clinique que le médecin assistant qui a
exercé la même discipline pendant deux ans au moins dans un établissement
reconnu pour la formation postgraduée ou qui possède une formation jugée
équivalente.
Compétence pour
engager
Art. 9 ¾ L'engagement et le licenciement des médecins assistants relèvent de
la compétence de la direction de l'établissement dans lequel ils travaillent.
Durée
d'engagement
Art. 10 ¾ Les médecins assistants sont engagés par des contrats de durée
indéterminée, sauf situation exceptionnelle (remplacement d'un congé
maternité ou d'une absence maladie, etc.). Dans ces derniers cas, le contrat
de durée déterminée ne peut être renouvelé que trois fois; la durée totale de
l'engagement pour une durée déterminée ne peut excéder deux ans. Si ces
conditions ne sont pas respectées, l'autorité d'engagement doit considérer ce
contrat comme un contrat de durée indéterminée ou résilier le contrat.
Le temps d'essai est de trois mois au maximum. Durant cette période, chaque
partie peut résilier le contrat à tout moment moyennant un préavis de 7 jours.
Page 4/16
Après le temps d'essai, le contrat peut être résilié par écrit dans les cas et
selon les modalités suivants:
a) par l'employé: moyennant un préavis d'un mois pour la fin d'un mois la
première année et de trois mois pour la fin d'un mois dès la deuxième
année de service;
b) par l'employeur:
- à la fin de la période de formation prévue lors de l'engagement: résiliation
pour la fin d'un mois moyennant un préavis d'un mois pour la fin d'un mois la
première année et de trois mois pour la fin d'un mois dès la deuxième
année de service;
ou
- en cas d'épuisement de la source de financement extrabudgétaire (fonds
privé, de recherche, de service, etc.): résiliation moyennant un préavis d’un
mois la première année et de trois mois pour la fin d’un mois dès la
deuxième année de service, aux conditions suivantes:
· le médecin assistant doit avoir été informé préalablement à la
signature de son contrat de cette possibilité de résiliation et l'avoir
formellement acceptée;
· en cas de résiliation pour ce motif, l'établissement doit dans toute la
mesure du possible proposer un poste similaire au médecin assistant
et, si cela n'est pas possible, apporter un soutien concret au médecin
assistant dans la recherche d'un nouveau poste.
Est réservée la résiliation immédiate pour justes motifs.
Chapitre III: Durée de travail
Principes Art. 11 ¾ La durée du travail hebdomadaire peut varier entre l'horaire normal
du personnel de l'hôpital concerné et cinquante heures. Les heures effectuées
entre les deux sont des heures supplémentaires qui ne donnent lieu ni à
compensation, ni à rémunération.
Lorsque la semaine de travail inclut un jour férié en sus des deux jours de
congé prévus par l'article 14, l'horaire hebdomadaire normal du personnel de
l'établissement et la durée maximale de travail sont diminués d'autant de
cinquièmes qu'il y a de jours fériés.
La durée de travail est calculée sur la base de la présence du médecin sur le
lieu de travail, y compris:
a) la formation postgraduée et continue obligatoires;
b) les pauses légales, lorsque le médecin assistant doit rester à son poste ou
s'il doit se tenir prêt à intervenir;
c) le travail de nuit et du dimanche, au sens des articles 15 et 16 (service de
garde);
d) le temps dévolu à des travaux de recherche exigés par le service.
Est également décompté dans la durée de travail le service de piquet, dans la
mesure prévue par l'article 17 alinéas 4 et 7.
Page 5/16
La présence du médecin est planifiée conformément au plan de travail et au
plan de formation. Elle est décomptée sur la base d'un outil de saisie objectif
de la durée de travail, géré de manière indépendante de la hiérarchie médicale.
Les résultats sont transmis simultanément au service du personnel et à la
hiérarchie médicale de l'établissement. La hiérarchie médicale peut les
contester.
Travail
supplémentaire
Art. 12 ¾ Dans des situations exceptionnelles et ponctuelles, la durée
maximum de travail mentionnée à l'article 11 peut être dépassée, y compris le
dimanche:
a) en cas d'urgence ou de surcroît extraordinaire de travail;
b) pour prévenir ou supprimer des perturbations extraordinaires dans l'hôpital,
si l'on ne peut attendre de l'employeur qu'il recoure à d'autres moyens.
Le travail supplémentaire est convenu entre la hiérarchie médicale et le
médecin assistant. Il ne peut pas être planifié. Il ne peut pas dépasser septante
heures par semestre. Un point de situation est effectué tous les trois mois.
Le travail supplémentaire est alors:
a) soit compensé en temps:
- période de compensation: la période où a lieu la compensation est
fixée d'un commun accord, étant précisé que la compensation doit
intervenir dans les quatorze semaines, à moins que l'hôpital et le
médecin assistant ne conviennent d'un délai plus long, qui ne peut
toutefois excéder six mois;
- modalités de la compensation: chaque fraction de travail
supplémentaire équivalent à un cinquième de l'horaire hebdomadaire
normal du personnel de l'établissement concerné (soit l'horaire
minimum figurant à l'article 11 alinéa 1er, 1ère phrase) donne droit à un
jour de congé. Une fraction inférieure donne droit à une compensation
selon la lettre b) ci-dessous;
b) soit payé:
- principe: chaque heure de travail supplémentaire donne droit au
paiement d'une heure de salaire, majorée de 25%;
- modalités de calcul: le tarif horaire se calcule sur la base de l'horaire
hebdomadaire normal du personnel de l'établissement concerné (soit
l'horaire minimum figurant à l'article 11 alinéa 1er, 1ère phrase); à ce
tarif horaire s'ajoute un supplément de salaire de 25%.
Durée de repos
quotidien
Art. 13 ¾ Le médecin assistant doit bénéficier d'une durée de repos quotidien
d'au moins onze heures consécutives. Cette durée peut être réduite à neuf
heures, pour autant qu'elle ne soit pas inférieure à douze heures en moyenne
sur deux semaines.
Le repos quotidien peut être interrompu par des interventions effectuées dans
le cadre d'un service de piquet (art. 17), pour autant que lui succède
immédiatement la fraction de repos restante. Si la durée du repos s'en trouve
réduite à moins de 4 heures consécutives, un repos quotidien de 11 heures
consécutives succède immédiatement à la dernière intervention.
Page 6/16
Congés
hebdomadaires
Art. 14 ¾ Les médecins assistants ont droit à deux jours entiers de congé
pour chaque semaine de travail. Ces congés comprennent au moins deux
dimanches par mois.
La détermination des jours de congé se fait selon les besoins du service, si
possible d'entente entre le médecin assistant et la hiérarchie médicale.
Les jours où le médecin assistant est astreint au service de piquet ne sont pas
considérés comme jours de congé au sens de la présente disposition, même
si le médecin assistant n'a pas été appelé à intervenir durant le piquet.
Travail de nuit Art. 15 ¾ Les médecins assistants peuvent être affectés au travail de nuit.
Les heures de travail de nuit sont celles comprises entre vingt heures et six
heures. Elles sont comptabilisées à 120%.
En cas de travail de nuit, la durée minimale du repos quotidien est de 12
heures, lesquels interviennent immédiatement après le travail de nuit.
Le travail de nuit est en principe de 10 heures au maximum, pauses incluses,
et s'effectue dans un espace temps de 12 heures. Il peut, pour autant qu'il soit
en grande partie composé de temps de présence et qu'un endroit pour se
reposer soit à disposition, s'étendre à un maximum de 12 heures de travail
quotidien dans un intervalle de 12 heures. Cet intervalle doit inclure 4 heures
au moins de repos, en règle générale consécutives, qui comptent comme
temps de travail.
Travail du dimanche
et des jours fériés
Art. 16 ¾ Les médecins assistants peuvent être affectés au travail du
dimanche.
Sont assimilés au dimanche les jours fériés accordés au personnel de
l'établissement concerné.
Le médecin assistant occupé le dimanche ne peut être appelé à travailler plus
de six jours consécutifs.
Service de piquet Art. 17 ¾ Les médecins assistants peuvent être soumis au service de piquet.
Est réputé service de piquet le temps pendant lequel le médecin assistant se
tient, en sus du travail habituel, prêt à intervenir, le cas échéant, pour remédier
à des perturbations, porter secours en cas de situation d'urgence, effectuer
des visites de contrôle ou faire face à d'autres situations particulières
analogues.
Le service de piquet implique que le médecin assistant dispose d'une grande
liberté dans ses déplacements, que la gestion de ses loisirs n'est soumise qu'à
de faibles restrictions, qu'il n'est pas tenu d'intervenir rapidement et qu'il a la
possibilité de participer à la planification de ses interventions.
Seul compte comme durée de travail et est rémunéré en tant que telle le temps
consacré à l'intervention, y compris le trajet pour se rendre sur le lieu de travail
et en revenir. Le solde de la durée du service de piquet donne lieu à des
indemnités. Pour les médecins assistants engagés par l'Etat et par l'Université
de Lausanne, ces indemnités sont celles prévues pour le personnel de
l'administration cantonale; pour les autres, ce sont celles prévues pour le
personnel de l'établissement concerné. Pour 150 heures de piquet hors
intervention, le médecin assistant a droit à un jour de congé supplémentaire.
Page 7/16
Le temps que le médecin assistant consacre au service de piquet ou aux
interventions en résultant n'excède pas sept jours par période de quatre
semaines. Le médecin assistant ne peut être affecté à aucun service de piquet
au cours des deux semaines consécutives à son dernier service de piquet.
Une modification à bref délai du plan ou de l'horaire du service de piquet et des
interventions qui en découlent n'est possible qu'avec le consentement des
médecins assistants concernés lorsqu'ils ont des responsabilités familiales, et
en l'absence de toute autre solution acceptable pour l'hôpital.
Si les contraintes imposées au médecin assistant de piquet sont fortes
(intervention dans des brefs délais, interdiction de s'absenter, etc.), toute la
durée du service compte comme durée de travail et est rémunérée en tant que
telle.
Temps de repos,
congé et autres
prestations
Art. 18 ¾ Dans la mesure où la présente Convention prescrit des temps de
repos, ceux-ci ne doivent pas être remplacés par des prestations en argent ou
d'autres avantages, sauf à la cessation des rapports de travail ou si la
présente Convention le prévoit.
Chapitre IV: Conditions salariales
Rémunération Art. 19 ¾ La rémunération des médecins assistants sur douze mois est fixée
de la manière suivante (indice 102.5 en vigueur en 2003):
a) pour les médecins assistants:
1ère année: Fr. 65'863.-
2ème année: Fr. 71'387.-
3ème année: Fr. 76'527.-
4ème année: Fr. 82'017.-
5ème année: Fr. 88'610.-
6ème année: Fr. 95'199.-
7ème année: Fr. 101'066.-
8ème année: Fr. 106'933.-
9ème année: Fr. 112'800.-
b) pour les chefs de clinique adjoints:
1ère année: Fr. 101'760.-
2ème année: Fr. 106'141.-
3ème année: Fr. 110'522.-
4ème année: Fr. 114'903.-
5ème année: Fr. 119'284.-
6ème année: Fr. 123'665.-
7ème année: Fr. 125'005.-
8ème année: Fr. 126'345.-
9ème année: Fr. 127'685.-
c) pour les chefs de clinique de fr. 114'916.- à fr. 145'181.-, l'augmentation
annuelle étant égale à un huitième de cette amplitude (fr. 3'783.-).
Page 8/16
13ème salaire Art. 20 ¾ Les médecins assistants ont droit à un complément de salaire
(treizième salaire), égal au douzième du salaire annuel. En cas de cessation
ou de début d'activité en cours d'année, le 13ème salaire est versé prorata
temporis. Le 13ème salaire est versé au mois de décembre ou, en cas de
cessation d'activité en cours d'année, au moment du départ.
Calcul de la
rémunération initiale
Art. 21 ¾ Pour le calcul de la rémunération initiale, est prise en considération
toute activité médicale en Suisse ou à l'étranger, prouvée et reconnue,
postérieure à l'obtention du diplôme fédéral ou du titre jugé équivalent, ainsi que
l'activité médicale déployée en service militaire obligatoire en Suisse jusqu'à
concurrence de quatre mois par année civile.
La rémunération initiale d'un chef de clinique adjoint ou d'un chef de clinique
correspond à son salaire de médecin assistant additionné d'une promotion,
mais en tout cas au minimum de la rémunération d'un chef de clinique adjoint
de 1ère année, respectivement d'un chef de clinique de 1ère année. Une
dérogation peut être consentie à l'endroit d'un candidat qui a déjà travaillé en
qualité de chef de clinique dans un établissement reconnu pour la formation
postgraduée.
L'année de pratique médicale est calculée en fonction de l'activité du médecin
assistant. Il est tenu compte uniquement des mois complets d'activité.
La première année de pratique médicale débute, au plus tôt, le premier du mois
suivant l'obtention du titre.
Dans le cas d'un réengagement en qualité de chef de clinique après un stage
de perfectionnement effectué dans l'intérêt du service, la nouvelle
rémunération est déterminée en fonction de la situation acquise avant le stage
et en tenant compte de la totalité du temps de stage; si toutefois le stage a été
pris en charge par l'employeur, le temps de ce stage pourra être pris en
compte totalement ou partiellement.
Augmentation
annuelle
Art. 22 ¾ L'augmentation annuelle est celle prévue par la grille salariale de
l'article 19. Elle intervient au début de chaque nouvelle année de pratique
médicale.
Indexation Art. 23 ¾ Les éléments de la rémunération varient avec le coût de la vie,
selon le système prévu par les dispositions applicables au personnel de
l'établissement concerné.
Promotion Art. 24 ¾ La rémunération du médecin assistant promu à la fonction de chef
de clinique adjoint correspond à son ancienne rémunération augmentée de
l'indemnité de promotion de fr. 6'561.-, mais en tout cas au minimum prévu pour
la nouvelle fonction.
La rémunération du chef de clinique adjoint promu à la fonction de chef de
clinique correspond à son ancienne rémunération augmentée de l'indemnité de
promotion de fr. 9'528.-, mais en tout cas au minimum prévu pour la nouvelle
fonction.
La rémunération du médecin assistant promu à la fonction de chef de clinique
correspond à son ancienne rémunération augmentée de l'indemnité de
promotion de fr. 16'089.-, mais en tout cas au minimum prévu pour la nouvelle
fonction.
Page 9/16
Lorsque la promotion coïncide avec le début d'une nouvelle année de pratique
médicale, l'augmentation annuelle, qui s'ajoute à l'augmentation de promotion,
est celle de l'ancienne fonction, jusqu'à concurrence du montant maximum
prévu pour la fonction de médecin assistant.
Prévoyance
professionnelle
Art. 25 ¾ Les médecins assistants sont assurés contre les conséquences de
l'âge, de l'invalidité et du décès auprès d'une institution de prévoyance
désignée par la direction de l'établissement concerné selon la procédure de
l'article 11 de la loi fédérale sur la prévoyance professionnelle vieillesse,
survivants et invalidité (LPP).
Pour les médecins assistants engagés par l'Etat, la loi du 12 septembre 1984
sur la prévoyance professionnelle de certaines catégories de personnel est
réservée.
Chapitre V: Protection sociale, vacances et congés
Principe Art. 26 ¾ Dans le cadre de l'application des dispositions du présent chapitre,
c'est la durée totale de l'activité des médecins assistants au service des
hôpitaux parties à la présente convention qui est prise en considération, à
condition qu'elle n'ait pas été interrompue plus de 3 mois. Ce principe ne
s'applique pas si cette interruption est le résultat d'une démission (art. 10 al. 3,
litt. a).
Incapacité de
travail, service
militaire et
allocations
familiales
Art. 27 ¾ En cas d'absence pour cause de maladie ou d'accident, la
rémunération est versée, après le temps d'essai, au minimum durant un an à
100% et trois mois à 80%. Ce système peut être remplacé par une assurance
perte de gains collective dont les prestations sont au minimum équivalentes.
En cas d'absence pour cause de service militaire, le traitement est versé
intégralement, sauf en cas de service d'avancement, conformément aux
dispositions appliquées pour le reste du personnel.
Le médecin assistant a droit au minimum aux mêmes allocations familiales que
le personnel de l'administration cantonale.
Vacances Art. 28 ¾ Les médecins assistants ont droit, chaque année civile, à cinq
semaines de vacances.
Le médecin assistant qui commence ou quitte son activité au cours d'une
année a droit, pour cette année-là, à des vacances en proportion de la durée
de son activité.
La direction de l'hôpital fixe la date des vacances en tenant compte des désirs
du médecin assistant dans la mesure compatible avec les intérêts du service.
Lorsque les absences pour cause de maladie, d'accident ou de service
militaire ne comptant pas comme temps de service ont dépassé 60 jours par
année, les vacances sont réduites d'un douzième par mois complet d'absence,
dès et y compris le deuxième mois d'absence.
Congé maternité Art. 29 ¾ En cas de grossesse, les médecins assistants ont droit, sur la base
d'un certificat médical, à un congé de maternité conforme aux articles 66 à 72
du règlement général d'application de la loi sur le personnel de l'Etat de Vaud.
Les dispositions plus favorables appliquées dans les établissements membres
Page 10/16
de la FHV sont réservées.
Autres congés Art. 30 ¾ Les médecins assistants ont droit, aux mêmes conditions, aux
congés prévus pour le personnel de l'administration cantonale, à savoir:
a) un congé d'allaitement d'un mois qui suit le congé de maternité;
b) un congé de paternité de cinq jours ouvrables;
c) un congé pour enfant malade de cinq jours par an;
d) un congé d'adoption de deux mois;
e) un congé parental d'une année au maximum.
Les congés sous lettres a) à d) sont rétribués et comptent comme temps de
service.
Les hôpitaux sont compétents pour accorder un congé de courte durée,
notamment pour certaines circonstances familiales.
Femmes enceintes
et mères qui
allaitent
a) Protection de la
santé
Art. 31 ¾ Les hôpitaux doivent occuper les femmes enceintes et les mères
qui allaitent de telle sorte que leur santé et la santé de l'enfant ne soient pas
compromises et aménager leurs conditions de travail en conséquence.
Ils ne sont autorisés à affecter des femmes enceintes, des accouchées ou
des mères qui allaitent à des travaux dangereux ou pénibles que lorsque
l'inexistence de toute menace pour la santé de la mère ou celle de l'enfant est
établie sur la base d'une analyse de risques ou que la prise de mesures de
protection adéquates permet d'y parer.
Est réputé travail pénible ou dangereux pour les femmes enceintes et les
mères qui allaitent toute activité dont l'expérience a démontré l'impact
préjudiciable sur leur santé ou sur celle de leurs enfants.
b) Occupation
durant la maternité
Art. 32 ¾ Les femmes enceintes et les mères qui allaitent ne peuvent être
occupées sans leur consentement.
Sur simple avis, les femmes enceintes peuvent se dispenser d'aller au travail
ou le quitter. Les mères qui allaitent peuvent disposer du temps et d'un lieu
nécessaires à l'allaitement.
Les accouchées ne peuvent être occupées durant les huit semaines qui
suivent l'accouchement; ensuite, et jusqu'à la seizième semaine, elles ne
peuvent l'être que si elles y consentent.
Durant les huit semaines qui précèdent l'accouchement, les femmes enceintes
ne peuvent être occupées entre 20 heures et 6 heures.
c) Déplacement de
l'horaire et paiement
du salaire durant la
maternité
Art. 33 ¾ Chaque fois que cela est réalisable, l'hôpital est tenu de proposer
aux femmes enceintes qui accomplissent un travail entre 20 heures et 6
heures un travail équivalent entre 6 heures et 20 heures. Cette obligation vaut
également pour la période entre la huitième et la seizième semaines après
l'accouchement.
Lorsqu'aucun travail équivalent ne peut leur être proposé, les femmes
astreintes au travail entre 20 heures et 6 heures pendant les périodes fixées à
l'alinéa 1er ont droit à 80% de leur salaire calculé sans d'éventuelles
majorations pour le travail de nuit.
Page 11/16
d) Allégement de la
tâche
Art. 34 ¾ Les femmes enceintes exerçant principalement leur activité en
station debout bénéficient, à partir de leur quatrième mois de grossesse, d'un
repos quotidien de 12 heures et, en sus des pauses légales, d'une courte
pause de 10 minutes après chaque tranche de 2 heures de travail.
Les activités exercées en station debout n'excèdent pas un total de 4 heures
par jour à partir du sixième mois de grossesse.
Travailleurs ayant
des responsabilités
familiales
Art. 35 ¾ Lorsqu'ils fixent les heures de travail et de repos, les hôpitaux
doivent tenir compte notamment des responsabilités familiales des médecins
assistants. Sont réputées responsabilités familiales l'éducation des enfants
jusqu'à l'âge de quinze ans ainsi que la prise en charge de membres de la
parenté ou de proches exigeant des soins.
Ces médecins assistants ne peuvent être affectés à un travail supplémentaire
sans leur consentement. A leur demande, une pause de midi d'au moins une
heure et demie doit leur être accordée.
Eclairage de la
place de travail
Art. 36 ¾ Tous les postes de travail des médecins assistants doivent avoir un
éclairage naturel ou artificiel suffisant, adapté à leur utilisation.
Les locaux sans éclairage naturel ne peuvent être utilisés comme postes de
travail que si des mesures de construction ou d'organisation particulières
assurent, dans l'ensemble, le respect des exigences en matière d'hygiène et
de protection de la santé.
Chapitre VI: Règlement des litiges
Commission
paritaire
a) Composition et
organisation
Art. 37 ¾ Il est constitué une Commission paritaire (ci-après: la Commission)
composée de la manière suivante:
a) un président neutre, choisi pour deux ans par les membres en fonction de
ses compétences et de sa connaissance du domaine;
b) un représentant des Hospices cantonaux;
c) un représentant de la Fédération des hôpitaux vaudois;
d) un représentant du Service de la santé publique;
e) trois représentants de l'ASMAV.
Chacun des représentants mentionnés ci-dessus a droit à une voix. En cas
d'égalité, le président tranche.
Pour le surplus, la Commission s'organise librement.
b) Missions Art. 38 ¾ La Commission est chargée de veiller à la mise en oeuvre et au
suivi des dispositions contenues dans le protocole d'accord du 21 janvier 2003
et dans la présente Convention.
Droit de grève Art. 39 ¾ Les médecins assistants et les hôpitaux respectent la paix du
travail.
Le recours à la grève doit respecter les exigences légales. Pour les médecins
assistants engagés par l'Etat, la PMU et l'Université de Lausanne, ces
Page 12/16
exigences sont celles posées par la loi sur le personnel de l'Etat de Vaud et
ses dispositions d'application (articles 52 et 53 Lpers).
Chapitre VII: Dispositions finales
Modifications Art. 40 ¾ La présente convention peut être modifiée en tout temps,
moyennant accord de toutes les parties.
Adhésion Art. 41 ¾ Les établissements sanitaires privés non reconnus d'intérêt public
peuvent en tout temps adhérer à la présente convention, moyennant l'accord
de toutes les parties. Les modalités d'adhésion font l'objet d'un accord
spécifique.
Entrée en vigueur et
durée de validité
Art. 42 ¾ Sous réserve des dispositions qui suivent, la présente Convention
entre en vigueur avec effet rétroactif le 1er avril 2003.
Elle peut être dénoncée par une partie pour la fin d'une année civile,
moyennant un préavis d'une année.
Dispositions
transitoires
a) Durée de travail
Art. 43 ¾ La durée de travail maximum mentionnée à l'article 11 est atteinte
de la manière suivante:
a) 55 heures dès le 1er janvier 2003, sur une base trimestrielle du 1er janvier
au 30 juin 2003, puis sur une base mensuelle du 1er juillet au 31 décembre
2003;
b) 50 heures dès le 1er janvier 2004, sur une base hebdomadaire.
b) Autres
dispositions
relatives à la loi sur
le travail
Art. 44 ¾ Conformément à l'article 42, les autres dispositions de la présente
Convention relatives à la loi fédérale sur le travail et à ses dispositions
d'application entrent en vigueur le 1er avril 2003.
Le financement de ces dispositions en 2003 est assuré:
a) pour un million par le Fonds des médecins assistants institué par arrêté du
Conseil d'Etat du 11 mars 1985;
b) pour le solde par l'Etat.
c) Contrats de
durée indéterminée
Art. 45 ¾ Les contrats de durée indéterminée (art. 10) prennent effet au 1er
avril 2003. La période passée au service d'un hôpital partie à la présente
convention avant cette date est néanmoins prise en considération dans le
cadre de l'application des dispositions du Chapitre V.
d) Compensation
du travail de nuit,
congés et droit au
salaire en cas de
maladie et
d'accident
Art. 46 ¾ Les dispositions relatives à la comptabilisation à 120% du travail de
nuit (art. 15 al. 2), au droit au salaire en cas de maladie et d'accident (art. 27
al. 1er) et aux congés (art. 30) entrent en vigueur de la manière suivante:
a) 1er janvier 2003 aux Hospices cantonaux, à l'Université de Lausanne et
dans les établissements au bénéfice d'une convention spéciale avec les
Hospices cantonaux (Hôpitaux de l'Enfance, Orthopédique et Ophtalmique,
PMU, CePO et IST);
b) 1er août 2003 dans les autres établissements.
e) Nouvelle grille de
salaire
Art. 47 ¾ La nouvelle grille de salaire (art. 19) entre en vigueur le 1er avril
2003, aux conditions suivantes:
Page 13/16
2003, aux conditions suivantes:
a) le passage de l'ancienne à la nouvelle grille n'entraîne aucune baisse de
salaire;
b) les médecins assistants intègrent la nouvelle grille selon leur salaire actuel
et bénéficient de l'augmentation annuelle nouvelle au moment de leur
changement d'année, mais au maximum à concurrence du montant prévu
par l'échelle de l'article 19;
c) la rémunération des médecins assistants de 6ème année, des chefs de
clinique adjoints et des chefs de clinique est fixée conformément à la
nouvelle grille salariale en tenant compte des années de pratique. Cela
implique une revalorisation des salaires des médecins assistants, chefs de
clinique adjoints et chefs de clinique qui ont effectué une 7ème, 8ème ou 9ème
année d’assistanat et/ou de clinicat adjoint ; en d’autres termes, ce salaire
est en tout cas celui qu’ils auraient s’ils avaient parcouru la grille actuelle.
f) 13ème salaire Art. 48 ¾ Les médecins assistants ont droit à un 13ème salaire complet à
compter du 1er janvier 2003.
Pour 2003, le financement de ce 13ème salaire est assuré:
a) pour 3/8ème par l'Etat;
b) pour 5/8ème par le Fonds des médecins assistants institué par arrêté du
Conseil d'Etat du 11 mars 1985.
g) Compensation
forfaitaire du temps
de travail
Art. 49 ¾ Les systèmes de compensation forfaitaire du temps de travail
appliqués dans certains services des hôpitaux parties à la présente convention
sont maintenus aussi longtemps que l'introduction de l'horaire de travail
maximum hebdomadaire de 50 heures n'est pas appliqué, mais au plus tard
jusqu'au 1er janvier 2004.
Ainsi fait à Lausanne, en 26 exemplaires originaux, le 10 septembre 2003.

Liste des hôpitaux privés reconnus d'intérêt public parties à la Convention (art. 2)
Nb Nom Remarques
1 Ensemble hospitalier de la Côte (EHC)
2 Hôpital Orthopédique
3 Hôpital Ophtalmique
4 Hôpital de l'Enfance
5 Centre hospitalier Yverdon-Chamblon (CHYC)
6 Hôpital de Lavaux
7 Institution de Lavigny
8 Fondation de Nant
9 Hôpital du Pays d'Enhaut
10 Fondation Plein-Soleil
11 Fondation Rive-Neuve
12 Groupement hospitalier de l'Ouest lémanique (GHOL)
13 Hôpital Riviera
14 Centre de soins et de santé communautaire (CSSC)
15 Réseau de soins hospitaliers St-Loup/Orbe/La Vallée (resHO)
16 Clinique Miremont
17 Hôpital intercantonal de la Broye Hôpital de Payerne

User avatar
latvia
elder
elder
Posts: 1653
Joined: Mon Oct 24, 2005 11:10 pm

Re: Elveția

Postby latvia » Wed Aug 04, 2010 4:30 pm

nu gasesc site-ul cu adresele spitalelor. a murit linku'?

User avatar
holliday
elite
elite
Posts: 5024
Joined: Wed Jul 14, 2010 7:10 pm
Location: procrastination - retras in vizuina tapirului
Contact:

Re: Elveția

Postby holliday » Wed Aug 04, 2010 6:18 pm


User avatar
latvia
elder
elder
Posts: 1653
Joined: Mon Oct 24, 2005 11:10 pm

Re: Elveția

Postby latvia » Thu Aug 05, 2010 5:22 am

merci bien

User avatar
luciadom
Posts: 1
Joined: Sat Sep 11, 2010 8:13 pm
Location: Bologna

Re: Elveția

Postby luciadom » Sat Sep 11, 2010 8:55 pm

Buna,
As dori sa va intreb cum ati facut recunoasterea diplomei de facultate din Romania. Eu am terminat Medicina Generala in 2005 la UMF Carol Davila Bucuresti, pe urma am plecat in Italia, unde mi-am facut recunoasterea diplomei (era inainte de intrarea in UE) si in prezent sunt rezidenta in anul 3 pe Anestezie si Terapie Intensiva. Termin in 2012, dar nu as vrea sa raman in Italia. Am scris un mail in Elvetia intreband despre posibilitatea de a-mi recunoaste diploma de facultate din Romania si, ulterior cea de specialist obtinuta in Italia, la Bologna, dar raspunsul a fost prompt- Nu este posibil daca nu am o alta nationalitate/cetatenie decat cea romana, deoarece acordurile intre Elvetia si Romania nu sunt inca puse in aplicare si m-a invitat sa consult periodic site-ul lor pentru noutati. Daca intre timp obtin o alta cetatenie, nu exista niciun impediment. Site-ul este www.introduc.admin.ch (Biroul de Sanatate Publica care se ocupa si de recunoasterea diplomelor).
Multumesc.

User avatar
rouadefoc
senior
senior
Posts: 392
Joined: Mon Mar 19, 2007 12:24 am
Location: PACA

Re: Elveția

Postby rouadefoc » Sun Nov 28, 2010 3:55 pm

Care este denumirea echivalenta de specialist in Elvetia si pe ce post ar trebui sa aplice un specialist roman?De ex ce conditii trebuie indeplinite sa fi chef de clinique?Merci anticipat la oricine poate sa ma lamureasca.

neculad
Posts: 1
Joined: Sun May 11, 2008 11:35 pm

Re: Elveția

Postby neculad » Fri Dec 10, 2010 5:36 pm

Salut!
Sunt rezident anul 1 bucuresti si mi s-a propus in urma unei discutii cu un profesor de la HUG sa vin la ei ca medecin visiteur. Imi poate spune cineva ce inseamna exact aceasta pozitie, daca doar privesc sau pot sa fi fac cate ceva; ce va trebui sa urmaresc sa pot aplica pentru rezidentiat;
stiu ca studentii elvetieni aplica pentru rezidentiat o data pe an, in oct; mai exista si alta perioada pt a intra in rezidentiat?
Multumesc!

User avatar
Melania
elite
elite
Posts: 12344
Joined: Wed Apr 06, 2005 2:46 am

Re: Elveția

Postby Melania » Fri Dec 10, 2010 5:38 pm

o sa fii subalternul lui H. :D

User avatar
holliday
elite
elite
Posts: 5024
Joined: Wed Jul 14, 2010 7:10 pm
Location: procrastination - retras in vizuina tapirului
Contact:

Re: Elveția

Postby holliday » Fri Dec 10, 2010 6:52 pm

neculad wrote:stiu ca studentii elvetieni aplica pentru rezidentiat o data pe an, in oct; mai exista si alta perioada pt a intra in rezidentiat?
Multumesc!

de fapt nu se mai da viza pentru Elvetia. Elvetia se inchide cu un mare scut antiracheti.

si nu, nu stii bine.

Intrarea in rezidentiat nu se mai face din 2011 din septembrie sau aprilie cum era de obicei ci se amana cu 2 luni.
nu stiu exact de ce, dar cam asta in singura chestie ce se schimba in legislatia medicala elvetiana.
in rest se aplica la fel cum era si pe vremea lui Ceausescu de la noi. eu nu imi mai aduc aminte, a trecut prea mult timp.
nici nu mai stiu bine sa vorbesc romana, iar la scris, nu ma pot lauda. (noroc ca am multi profesori aici pe imed ce dau lectii gratuit -deci ma simt privilegiat).

arte
newbie
newbie
Posts: 16
Joined: Thu Jan 20, 2011 7:44 pm

Postby arte » Sat Jan 22, 2011 1:57 am

Am nevoie de un sfat de la elder-ii forumului,care au destula experienta sa fii avut ocazia sa intalneasca un caz similar cu al meu...Ma gandesc ca nu sunt unica(sau poate sunt...? ?!!),desi eu n-am mai auzit de nimeni care sa fie intr-o situatie similara...
Am terminat MG in 2003,mi-am luat licenta,am facut anul de stagiatura si-am plecat din tara 'orbeste',dupa un an traumatizant(trauma legata de viata personala,nu de cea profesionala).Ca sa nu lungesc povestea,am ajuns sa fac o cariera artistica,printr-un concurs de imprejurari complex.Mi-a fost bine dpdv material,dar in am avut mereu on the back of my mind regretul de-a nu fii continuat cariera medicala(medic sau macar ceva legat de medicina...).Ce sanse credeti c-as mai avea s-o reiau?N-am avut nici o tangenta cu medicina in toti acesti ani...Vedeti o solutie in sensul asta?As avea bani sa cumpar aparatura de imagistica(nu de RMN,unfortunately:)...nici chiar asa...maybe next week,after I win the jackpot;))-credeti c-as putea sa deschid un cabinet particular de ,say,ecografie,in Franta,Elvetia(yeah,right :mrgreen: ) sau in UK(vorbesc franceza si engleza fluent),chiar si la tara?Ce cursuri ar trebui sa fac(sau se poate doar cu rezi pe imagistica-radiologie?)As putea probabil sa angajez cativa colegi,mai specializati,sa-nvat de la ei...Mi-ar placea si un cabinet de proceduri de medicina estetica(rejuvenation)-se poate face cu diploma mea si cu ceva cursuri de specializare in respectivele proceduri?Daca suna naiv ceea ce spun,asta e,nu pot sa maschez realitatea si nici nu vreau.Sunt intr-un impas si am nevoie de sfaturi,daca se gasesc voluntari...
Va multumesc!

drcraciun
elite
elite
Posts: 2969
Joined: Mon Feb 22, 2010 8:24 pm

Re: Elveția

Postby drcraciun » Sat Jan 22, 2011 5:27 am

Arte, eu n-am nici o tangenta cu radiologia sau cu tarile mentionate de tine, dar presupun ca in orice tara, pentru a practica ca medic, iti trebuie o licenta (un "drept de libera practica"). In majoritatea tarilor din lume (nu cunosc legislatia exacta pentru fiecare tara, dar tu ai putea-o cauta pe siteurile GMC pt. Anglia, Ordre des Medecins pentru Franta, Colegiul Medicilor pentru Romania, pentru Elvetia nu stiu) stiu ca de obicei, pentru a obtine licenta trebuie sa dovedesti ca ai avut o oarecare continuitate in campul muncii medicale (ca medic) pe ultimii 3 sau 5 ani. Exista si exceptii, si mai exista exista in unele tari (dar nu stiu daca si in cele mai sus mentionate) si modalitati de a obtine licente temporare sau "cu puteri limitate" cu care poti practica doar sub supervizarea unui alt medic specialist. Poate merita investigata aceasta ultima varianta.

Cred ca in cazul tau, poate ar trebui sa te orientezi doar catre a deveni proprietar de clinica, patron de medici, deci tu sa te ocupi doar de partea de business iar angajatii tai medici de partea de practica medicala.

arte
newbie
newbie
Posts: 16
Joined: Thu Jan 20, 2011 7:44 pm

Re: Elveția

Postby arte » Sat Jan 22, 2011 10:24 am

Dupa anul de stagiatura am obtinut autorizatie de libera practica.De aceea credeam ca e doar vorba de refreshing my memory,studiind iar ca pt licenta/rezi ,cursurile de specializare...Speram ca stie cineva vreun caz similar,ca eu chiar nu stiu pe nimeni...
Stiu care-mi sunt dezavantajele,dar speram sa ma ajute cineva cu idei despre cum as putea 'reinnoda firul rupt'...Am totusi diploma de medic...

drcraciun
elite
elite
Posts: 2969
Joined: Mon Feb 22, 2010 8:24 pm

Re: Elveția

Postby drcraciun » Sat Jan 22, 2011 10:48 am

Chiar daca ai autorizatie de libera practica in Romania, dar vrei sa lucrezi, dupa cum ai mentionat, in Anglia, Franta sau Elvetia, trebuie sa vezi cerintele de licenta in tarile respective. Stiam ca GMC (Anglia), de exemplu cere sa dovedesti ca ai lucrat ca medic in ultimii 3 ani, daca nu esti proaspat absolvent. Poate ma insel.

Daca ai libera practica in Romania si ti-ai mentinut certificatul activ, atunci, daca te decizi sa lucrezi in Romania, lucrurile sunt mult mai flexibile; daca ai bani, poti sa faci cam ce te taie capul (in limitele legalitatii, bineinteles !)

User avatar
holliday
elite
elite
Posts: 5024
Joined: Wed Jul 14, 2010 7:10 pm
Location: procrastination - retras in vizuina tapirului
Contact:

Re: Elveția

Postby holliday » Sat Jan 22, 2011 10:50 am

arte wrote:Dupa anul de stagiatura am obtinut autorizatie de libera practica.De aceea credeam ca e doar vorba de refreshing my memory,studiind iar ca pt licenta/rezi ,cursurile de specializare...Speram ca stie cineva vreun caz similar,ca eu chiar nu stiu pe nimeni...
Stiu care-mi sunt dezavantajele,dar speram sa ma ajute cineva cu idei despre cum as putea 'reinnoda firul rupt'...Am totusi diploma de medic...

pai daca ai libera practica, o ai in romania. cu uniunea europeana ar cam trebui sa fie la fel. elvetia tin sa repet pentru a nu stiu cata mia oara ca nu face parte din UE.
in elvetia e imposibil ce zici tu. si nici nu am intalnit vreun caz.
in romania totul e posibil. iti faci clinica ta daca ai bani (multi bani) si esti patron ca gigi becali. ce'ti mai trebuie sa faci medicina?

arte
newbie
newbie
Posts: 16
Joined: Thu Jan 20, 2011 7:44 pm

Re: Elveția

Postby arte » Sat Jan 22, 2011 3:40 pm

:mrgreen: ...Mi s-a urat cu binele...xx

nickami
senior
senior
Posts: 206
Joined: Sun Oct 11, 2009 3:32 am
Location: Bern, Schweiz

Re: Elveția

Postby nickami » Wed Feb 02, 2011 9:32 pm

arte wrote::mrgreen: ...Mi s-a urat cu binele...xx


Sunt multe tari in care se poate incepe un rezidentiat fara ca in prealabil sa fi avut experienta clinica. Olanda, Suedia, Norvegia, Finlanda si....... ELVETIA. Sunt deschisi la minte. NU este ca in Romania... daca nu ai practicat cativa ani, sa ti se taie orice sansa. Pentru ei nu conteaza ca nu ai experienta. Totul se poate invata incepand de ACUM. Din cauza asta au ajuns atat de departe. Am avut colegi care au trecut (ca incercare prin 7-8 specialitati) si care si-au facut specialitatea dupa 10 ani de nepractica. Asa ca... dragii nostri colegi din RO care nu stiu, cum se practica prin alte parti, sa se abtine. SE POATE si ti-o spune o persoana care s-a chinut ani intregi in Franta, pana sa afle ca existe sisteme mult mai.... deschie. Daca vorbesti engleza fluent, incearca in tarile nordice si in Olanda. Daca vorbesti franceza, incearca in Elvetia. Exista posibilitati mai multe decat ai crede. Gandeste-te ce specializare vrei sa faci, si incepe sa scrii peste tot... nu incerca insa in cele chirurgicale pt ca nu merge. In Elvetia, in geriatrie, chiar medicina interna.... ai putea fi acceptat cu primul an de internat ca medecin assistant. In aceste sisteme, medicul intern lucreaza sub supravegherea directa si continua a unui senior... etc. Insa.... atentie.... se lucreaza din greu. Oricum... Doamne, ajuta! Si nu-ti pierde speranta.


Return to “Europa- altele”

Who is online

Users browsing this forum: No registered users and 1 guest